Sélectionner une page

Entre aménagement du territoire et développement économique, la problématique du développement des zones d’activités est aussi complexe que cruciale dans l’objectif d’une transition écologique. Le récent système de gestion de ces zones mis en application par les Cantons tente de résoudre le problème du mitage du territoire en densifiant les réserves de zones à bâtir existantes tout en préservant une attractivité économique pour les entreprises.

Cette orientation pose de fortes contraintes à l’économie, en constante évolution, qui demande une flexibilité et une adaptabilité dont l’aménagement du territoire ne dispose pas nécessairement. La marge de manœuvre des communes pour la création ou l’extension de leurs zones d’activités est faible et celles-ci craignent le départ d’établissements de leur territoire.

L’exemple de la filière bois témoigne de ce décalage. Souvent implantées bien avant l’existence d’un cadre légal en aménagement, les activités de première transformation du bois sont essentielles à l’économie forestière et contribuent à la transition écologique. Toutefois elles consomment beaucoup de surface et leur localisation dans des secteurs souvent en marge des zones légalisées péjore la viabilité des entreprises déjà à faible valeur ajoutée.

Une coordination de l’aménagement, de l’économie, de l’environnement, de la mobilité, entre autres permettrait de mieux prendre en compte les besoins des acteurs des différents secteurs. Fonctionner par filière d’activités favoriserait les synergies et les circuits courts dans une logique d’écologie industrielle. Une telle approche ajouterait une réelle plus-value au système de gestion des zones d’activités.